Bientôt des excuses pour le traitement subi par le premier bataillon composé de Noirs

0
417
Le 2e Bataillon de construction du Corps expéditionnaire canadien (CEC), appelé également le Bataillon noir, était une unité de travail non combattante distincte constituée pendant la Première Guerre mondiale.
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le gouvernement canadien se prépare à présenter des excuses pour le traitement subi par le premier bataillon composé uniquement de Noirs: dimanche 28 mars aura lieu événement virtuel annonçant l’intention du gouvernement de présenter des excuses pour le traitement subi par les membres du 2e Bataillon de construction.

Premier bataillon composé uniquement de Noirs, le 2e Bataillon de construction du Corps expéditionnaire canadien (CEC), appelé également le Bataillon noir, était une unité de travail non combattante distincte constituée pendant la Première Guerre mondiale.

En 1916, des milliers de Canadiens sont tués en Europe au cours de la Grande Guerre. Au Canada, des milliers d’autres se portent volontaires pour venir en aide à leurs frères et sœurs engagés dans le conflit. Mais un groupe d’hommes est presque systématiquement refusé. Bien qu’ils soient aptes au combat, ces hommes sont rejetés par l’Armée canadienne, explique l’Encyclopédie canadienne :

La raison, la couleur de leur peau.

Malgré le fait qu’ils sont volontaires et désireux de servir, on leur fait comprendre en gros qu’ils ne sont pas assez bien pour combattre aux côtés des soldats blancs.

La solution : la constitution d’un bataillon formé entièrement de Noirs. Le 11 mai 1916, le British War Office de Londres déclare qu’il est prêt à accepter des unités ségréguées. Moins de deux mois plus tard, le 5 juillet 1916, la formation du 2e Bataillon de construction est officiellement autorisée.

les membres du bataillon creusent des tranchées, et construisent des routes et des voies ferrées, pour que les troupes puissent avancer. Ils ramènent également les morts et les blessés du champ de bataille. Malgré le fait qu’ils ne combattent pas à proprement parler, ils prennent des risques chaque jour.

Mais, malgré leur courage, ils n’en sont pas moins discriminés. Pour donner une petite idée des vexations subies par les membres de ce bataillon, l’Encyclopédie canadienne rapporte que, lorsque quelques hommes se rendent au cinéma pour se divertir, ils sont informés qu’ils peuvent s’asseoir uniquement au balcon réservé aux gens de couleur.

Des parlementaires fédéraux et provinciaux ainsi que des membres de la communauté noire de la région d’Halifax participeront à l’événement du 28 mars, dont la diffusion commencera sur la page Facebook du ministère de la Défense nationale commencera à 13 h (heure de l’Est). Le discours d’ouverture aura lieu à 13 h (heure de l’Est), soit à 14 h (heure de l’Atlantique).

Sean Fraser, député de Nova-Centre, présidera la cérémonie en mode virtuel à laquelle prticipera de façon virtuelle le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Les autres intervenants seront, notamment, Anita Vanderbeld, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Darrell Samson, secrétaire parlementaire du ministre d’Anciens Combattants, et Greg Fergus, secrétaire parlementaire du premier ministre et secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et secrétaire parlementaire de la ministre du Gouvernement numérique.

Les invités comprendront des membres de la Black Battallion Historical Marker Society, des membres de la Black Cultural Society ainsi que des descendants de ceux qui ont servi dans le 2e Bataillon de construction.