La Corée du Nord lance deux projectiles dans la mer du Japon

0
143
Temps de lecture estimé : 3 minutes

La Corée du Nord a tiré jeudi deux projectiles non identifiés en direction de la mer du Japon, a fait savoir le Comité des chefs d’état-major interarmées sud-coréen (JCS), rapporte Yonhap.

Mise à jour 25/03/2021

Joe Biden a prévenu jeudi que les États-Unis riposteraient en cas d’«escalade » de la Corée de Nord, qui a lancé son premier défi au nouveau président américain en tirant deux missiles balistiques présumés dans la mer du Japon. Les missiles testés jeudi «violent» les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, a réagi Joe Biden à la Maison-Blanche. À la demande de Washington, le comité de sanctions de l’ONU se réunira vendredi matin en urgence à huis clos pour discuter de ces derniers essais de missiles, a-t-on appris également.

«Nous consultons nos partenaires et alliés. Et il y aura des réponses s’ils choisissent l’escalade. Nous répondrons en conséquence », a mis en garde le président des États-Unis. Alors qu’il est en train de peaufiner sa stratégie face à Pyongyang, il s’est dit prêt «à une certaine forme de diplomatie, mais soumise à la condition de la dénucléarisation».

——————————————————–

Mise à jour 25/03/2021, 7h15

Tokyo a déclaré que les deux missiles lancés jeudi dans la mer du Japon étaient bien des missiles balistiques, dont le tir constitue une violation de résolutions de l’ONU.

Le premier ministre japonais Yoshihide Suga a été catégorique: «La Corée du Nord a lancé deux missiles balistiques», a affirmé à des journalistes M. Suga, selon lequel le dernier tir de missile balistique de la Corée du Nord remontait à il y a près d’un an, le 29 mars 2020.«Cela menace la paix et la sécurité de notre pays et de la région. C’est aussi une violation de la résolution de l’ONU », a déclaré le chef du gouvernement japonais.

Le lancement de jeudi «signale le début d’une pression de Pyongyang sur Washington pour des discussions sur le nucléaire», a déclaré aux Yoo Ho-yeol, professeur émérite d’études nord-coréennes à l’Université de Corée. Les forces américaines en Corée (U.S. Forces Korea) ont discuté de la situation avec la Corée du Sud et le Japon et continueront de surveiller la situation, a pour sa part déclaré aux médias le colonel Lee Peters, porte-parole des forces américaines. «Cette activité met en évidence la menace que représente le programme d’armes illicites de la Corée du Nord pour ses voisins et la communauté internationale», a-t-il déclaré. «L’engagement des États-Unis en faveur de la défense [de la Corée du Sud] reste extrêmement ferme.»

———————————————————————-

Selon l’armée, les projectiles ont été lancés depuis la province du Hamgyong du Sud, dans l’est du pays, tôt jeudi matin (heure de Corée), rapporte l’agence de presse sud-coréenne

«Des informations supplémentaires sont actuellement analysées par les autorités de renseignement Corée du Sud-Etats-Unis», a déclaré le JCS dans un communiqué. «Notre armée se tient prête à toute éventualité dans le cadre d’une étroite coordination Corée du Sud-Etats-Unis avec un renforcement de la surveillance et de la vigilance.»

L’état-major interarmes de l’armée sud-coréenne également indiqué que «projectile non-identifié» avait été tiré par la Corée du Nord dans la mer du Japon.

Aucune précision sur la nature du projectile n’était disponible dans l’immédiat.

La Corée du Nord avait lancé dimanche deux missiles peu après une visite à Séoul du secrétaire d’État américain Antony Blinken et du secrétaire à la Défense Lloyd Austin.

Il s’agissait du premier lancement de missiles nord-coréens depuis l’arrivée à la Maison-Blanche du président Joe Biden.

Des responsables américains avaient indiqué par la suite qu’il s’agissait de deux missiles de courte portée, non balistiques et avaient minimisé l’importance de ces tirs en expliquant que ces engins étaient classés «dans la catégorie des activités militaires normales du Nord».

Ces tirs «ne sont pas sanctionnés par les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU contre le programme de missiles balistiques » de Pyongyang, avait précisé un responsable américain sous couvert de l’anonymat.

Quant aux tirs de jeudi (heure de Corée), il n’ya encore eu aucune réaction de Washington.

Si les missiles de croisière ne sont pas interdits en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU contre la Corée du Nord, ces résolutions interdisent par contre à la Corée du Nord de développer des missiles balistiques.

Les missiles balistiques possèdent une portée beaucoup plus longue que les missiles de croisière de même taille et volent rapidement sur leur trajectoire. Ils sont aussi considérés comme étant plus menaçants comme ils sont destinés à transporter des armes nucléaires.

Pyongyang maintient un moratoire auto-imposé sur les tests nucléaires et de missiles de longue portée depuis fin 2017.

*Avec AFP et Yonhap