Le Canada se déclare préoccupé par l’escalade des tensions à Jérusalem

0
380
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Au lendemain des violents heurts ayant fait plus de 200 blessés, selon le Croissant Rouge, et alors que de nouveaux affrontements opposant ce samedi les forces de l’ordre israéliennes à des manifestants palestiniens à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem ont fait ont fait de plus de 90 blessés dans différents quartiers de Jérusalem-Est, le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, s’est dit préoccupé par l’escalade des tensions.

«Le Canada suit de près la situation à Jérusalem. Nous plaidons pour une désescalade immédiate des tensions et exhortons toutes les parties à éviter toute action unilatérale.», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne.

«Le Canada est engagé envers l’objectif d’une paix juste, complète et durable au Moyen-Orient, qui comprend la création d’un État palestinien vivant côte à côte en paix et en sécurité avec Israël.», a-t-il rappelé, ajoutant toutefois qu’ «En tant qu’ami proche et allié d’Israël, le Canada est profondément préoccupé par les récentes décisions sur les colonies, ainsi que les démolitions et les expulsions, y compris à Sheikh Jarrah.»

Selon le ministre Garneau, «Ces mesures auraient un impact négatif sur les moyens de subsistance et compromettraient les perspectives d’une solution à deux États fondée sur un respect mutuel des droits humains ainsi qu’un respect du droit international par toutes les parties.»

Le Canada appelle donc à un engagement renouvelé envers la paix et la sécurité et, de déclarer le ministre canadien des Affaires étrangères, «Comme toujours, le Canada est prêt à appuyer les efforts déployés en vue d’une solution à deux États.»

Le quartette pour le Proche-Orient (USA, Russie, ONU, UE) a lui aussi dit sa «profonde préoccupation» et appelé Israël à faire preuve de «retenue».

Après les violences de vendredi, les États-Unis avaient pour leur part demandé aux «responsables israéliens et palestiniens d’agir pour mettre un terme à la violence». Ils ont également exprimé leur inquiétude quant à l’expulsion potentielle des familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah de Jérusalem au profit de colons israéliens.

Début d’escalade entre Israël et le Hamas

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont mené des frappes de représailles contre des cibles présumées du Hamas à Gaza au début du 9 mai. Cette action intervient après que des militants de Gaza auraient lancé en solidarité avec les manifestants à Jérusalem une roquette vers le Conseil régional d’Eshkol dans le sud d’Israël à la fin de la journée précédente. Il n’y a eu aucun rapport immédiat de blessures ou de dommages.

Le Hamas a également appelé les Palestiniens à rester sur l’esplanade jusqu’à jeudi, jour devant marquer la fin du ramadan, et menacé Israël d’autres attaques si la Cour suprême validait, dans une décision attendue ce lundi, les évictions de Cheikh Jarrah.

Alors que les tensions restent élevées entre les forces israéliennes et les Palestiniens et que d »autres attaques sont possibles, l’armée israélienne pourrait également mener des frappes aériennes de représailles supplémentaires contre des cibles militantes à Gaza et à Khan Younis.

Des troupes de combat supplémentaires des Forces de Défense israéliennes ont aussi été appelés à renforcer la Division de Judée et de Samarie [le nom donné par les Israéliens aux zones à majorité juive contrôlées l’État d’Israël, soit la zone C de Cisjordanie, NDLR] conformément l’évaluation de la situation en cours par l’armée israélienne qui se dit préparée à tout scénario.