Le commandant du CMR Saint-Jean promu au rang de brigadier-général

0
348
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Alors qu’avait lieu cette semaine une collation des grades historique au Collège militaire royal de Saint‑Jean (CMR Saint-Jean), qui octroyait des diplômes universitaires de premier cycle pour la première fois depuis 1995, son commandant, Nicolas Pilon, était promu au rang de brigadier-général, marquant la réussite de sa mission à la tête du Collège et la nouvelle importance de l’institution qui a maintenant pleinement recouvré son statut d’établissement universitaire.

Le colonel Nicolas Pilon, commandant du Collège militaire royal de Saint-Jean, a ainsi été promu au rang de brigadier-général jeudi en présence virtuelle de ses parents, de sa femme et de ses enfants, de son frère et de sa sœur, ainsi que de nombreux autres membres des Forces armées canadiennes et amis.

C’est le major-général Saint-Louis, commandant par intérim de l’Armée canadienne, qui lui a présenté la promotion par vidéoconférence.

C’est en août 2019 que le brigadier-général Pilon, colonel à l’époque, avait pris le commandement de l’institution après des années fertiles en changement avec pour mission de poursuivre dans la voie de ses prédécesseurs, le Collège recouvrant son statut d’établissement universitaire et entamant des années de croissance.

Un défi que Nicolas Pilon n’avait pas hésiter à qualifier d’«excitant et rempli d’opportunité»: «Bien souvent dans les Forces armées canadiennes, on n’était pas habitué de grandir, on a eu plus souvent des coupes [budgétaires, NDLR] qu’autres choses. Là, le défi est comment on grandit de façon à aller de l’avant», avait déclaré à l’époque le nouveau commandant pour qui le défi était, dans la foulée de ce qu’ont réalisé ses prédécesseur, «de solidifier les bases avec le retour du statut universitaire».

Cette semaine, avec la remise des diplômes à douze élèves-officiers qui ont obtenu un baccalauréat en Études internationales après avoir terminé leur programme universitaire, c’était le couronnement de plusieurs années d’effort et la démonstration éclatante de la réussite de la mission de Nicolas Pilon.

«Je suis fier de tous les aspirants de marine, élèves-officiers et militaires du rang qui ont obtenu leur diplôme aujourd’hui; ils ont fait preuve de résilience, de ténacité et d’esprit de corps en ces temps inhabituels. Cette réussite est l’aboutissement de nombreux mois et de nombreuses années de travail acharné qui les préparera à diriger certains des meilleurs effectifs que le Canada a à offrir.», a déclaré le commandant du Collège militaire royal nouvellement promu au rang d’officier général la semaine de cette collation des grades historique.

Nicolas Pion, biographie

Nicolas Pilon s’est joint aux Forces armées canadiennes en 1992 et a diplômé du Collège militaire royal du Canada à Kingston Ontario, en 1996, où il obtient son brevet d’officier ainsi que son baccalauréat en génie civil. Il complète ensuite son entraînement professionnel d’ingénieur militaire et est muté en 1997 au 5ième Régiment du génie de combat à Valcartier, Québec. En tant que commandant de troupe du génie, il est rapidement déployé à l’hiver 1998, à la crise du verglas dans la région de Montréal et en 1999 au Timor Oriental sur Opération TOUCAN. A son retour, il occupe les postes de capitaine-adjudant et d’officier des opérations du Régiment.

En 2002, il est muté au Groupe opérationnel interarmées des Forces canadiennes à Kingston où il occupe les fonctions de coordinateur des plans jusqu’à l’été 2004. En 2003, il est promu au grade de major et est rapidement déployé à Kabul Afghanistan pour faire parti du groupe d’activation de mission pour l’Opération ATHENA.

De 2004 à 2006, Nicolas Pilon est affecté au 2ième Régiment du génie de combat à Petawawa Ontario en tant que commandant du 23ième escadron de campagne et ensuite du 28ième escadron d’administration. En 2005, il retourne à Kabul avec le 23ième escadron de campagne en appui à la Force opérationnelle canadienne et à la Brigade multinationale. A l’été 2006, il est affecté à l’École du génie militaire des Forces armées canadiennes à Gagetown, Nouveau-Brunswick, où il occupe le poste d’instructeur senior tactique responsable de la formation de tous les futurs officiers du génie militaire.

En 2008, il est assigné pour un an au Quartier-général de l’Armée à Ottawa au sein de la cellule du G3 opérations en tant qu’aviseur du génie. À l’été 2010, après avoir complété le programme de commandement et d’état-major interarmées à Toronto, il est promu au grade de lieutenant-colonel et est muté au 2ième Groupe-brigade mécanisé du Canada à Petawawa. Pendant deux ans, il occupe le poste de Chef d’état-major de brigade. De 2012 à 2014, le colonel Pilon a le privilège de commander le 2ième Régiment du génie de combat pendant toute la période de montée en puissance.

À l’été 2014, il est de nouveau affecté à Ottawa comme ingénieur senior au sein du Commandement des opérations interarmées du Canada. En 2015, il est promu à son grade actuel et est muté à Port-au-Prince Haïti pendant un an, comme Chef d’état-major des forces militaires des Nations-unies sur la mission de stabilisation MINUSTAH.

De septembre 2016 à juillet 2018, il occupe le poste de Directeur des besoins en ressources terrestres au Quartier-général de l’Armée où il est responsable des projets futurs en équipement pour l’Armée. En juillet 2019, le colonel Pilon complète le cours d’étude stratégique de sécurité et défense du Royal Collège of Defence Studies à Londres, au Royaume-Uni.

Le 9 août 2019, Nicolas Pilon succède à Gervais Carpentier, promu brigadier-général ce jour là, et qui part prendre la tête de la 2 Division du Canada.

Le brigadier-général Pilon détient une maîtrise en études de la défense du Collège militaire royal du Canada de Kingston et est membre de l’Ordre des ingénieurs professionnels de l’Ontario.