Retour à la normale pour l’oléoduc de Colonial Pipeline qui avait été paralysé par une cyberattaque

0
183
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Colonial Pipeline, l’opérateur de l’oléoduc américain paralysé par une cyberattaque le week-end dernier, a annoncé samedi un retour à la normale de ses opérations avec la livraison de «millions» de litres d’essence dans les stations-service d’une partie du pays, où la situation reste toutefois compliquée.

L’entreprise a été l’objet d’une attaque qui a neutralisé ces systèmes informatiques, les auteurs de l’attaque promettant ensuite de les réactiver en échange d’une rançon. Selon la police fédérale américaine, cette cyberattaque qui a utilisé un rançongiciel, ou «ransomware», a été menée par le groupe criminel DarkSide.  

«Tous les marchés» de l’opérateur, une quinzaine d’États du Texas au sud jusqu’au New Jersey au nord-est, sont désormais approvisionnés, a affirmé Colonial Pipeline aujourd’hui dans un message sur Twitter.

Colonial Pipeline avait amorcé mercredi après-midi le redémarrage des opérations sur son réseau d’oléoducs de 8800 km, le plus important des États-Unis pour les produits raffinés.  

«Nous reconnaissons la nature fondamentale de notre réseau pour des millions d’Américains», a ajouté Colonial Pipeline, soulignant qu’il livrait « en toute sécurité environ 100 millions de gallons de carburant par jour et environ 36 milliards de gallons par an » (un gallon équivaut à 3,79 litres).

La cyberattaque et la fermeture de l’oléoduc ont créé la panique chez les automobilistes, provoquant des files d’attente dans les stations-service et des pénuries dans plusieurs villes.

Colonial Pipeline achemine quotidiennement 2,5 millions de barils de pétrole et de gaz naturel à travers les États-Unis, son réseau de pipelines de plus de 8800 kilomètres reliant le Texas aux raffineries des États du New Jersey et de New York.

Le président américain Joe Biden avait affirmé jeudi qu’il entendait évoquer la question de la cybercriminalité avec son homologue russe Vladimir Poutine après le piratage informatique qui a provoqué la paralysie d’un des plus grands opérateurs d’oléoducs américains dans lequel, d’ailleurs, la Caisse de dépôt et de placement du Québec a une participation de 850 millions $ CAD.

Bonne nouvelle, vendredi, les serveurs de Darkside, le groupe de pirates informatiques derrière la cyberattaque ayant visé l’opérateur d’oléoducs américain la semaine dernière, ont été mis hors ligne, a rapporté la firme de cybersécurité Recorded Future.

*Avec AFP