Sommet Biden/Poutine: «Mon programme n’est pas contre la Russie, mais pour le peuple américain», déclare Biden

0
205
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Remis à jour 17/06/2021, 12h46

Le président américain Joe Biden a tenu à son tour une conférence de presse maintenant après avoir conclu ses entretiens avec le président russe Vladimir Poutine qui a tenu, lui, sa conférence de presse immédiatement après la fin du sommet entre les deux dirigeants.

«Il n’y a pas de substitut, comme ceux d’entre vous qui me couvrent depuis un certain temps le savent, au dialogue face à face entre les dirigeants, aucun», a déclaré Biden à propos de ce sommet. «Le président Poutine et moi partageons la responsabilité unique de gérer les relations entre deux pays puissants et fiers. Une relation qui doit être stable et prévisible. Et nous devrions être capables de coopérer là où c’est dans notre intérêt mutuel, et là où nous avons des différences, Je voulais que le président Poutine comprenne pourquoi je dis ce que je dis, et pourquoi je fais ce que je fais, et comment nous répondrons à des types spécifiques d’actions qui nuisent aux intérêts de l’Amérique.»

«J’ai dit au président Poutine que mon programme n’est pas contre la Russie ou qui que ce soit d’autre. C’est pour le peuple américain», de poursuivre le président américain.

Biden a déclaré avoir dit à son homologue que «les droits de l’homme seront toujours sur la table». «Il ne s’agit pas seulement de s’en prendre à la Russie lorsqu’elle viole les droits humains, il s’agit de qui nous sommes».

Il a indiqué qu’il «avait clairement fait savoir» à Poutine qu’il continuerait de dénoncer les cas où il y a des préoccupations en matière de violations des droits de l’homme. «Je lui ai fait remarquer, c’est pourquoi nous allons soulever nos préoccupations sur des cas, comme Alexeï Navalny. Je l’ai dit clairement au président Poutine, et je continuerai à soulever des questions de droits humains fondamentaux, car c’est ce que nous sommes. C’est qui nous sommes».

Biden a également indiqué avoir dit à Poutine que si le l’opposant russe et ennemi juré du Kremlin mourait, les conséquences «seraient dévastatrices pour la Russie».

Le «clou» de ce sommet aura été la question de la cybersécurité

Mais le «clou» de ce sommet aura été la question de la cybersécurité.

Le président américain Joe Biden a déclaré que lui et le président russe Vladimir Poutine avaient passé « beaucoup de temps » à discuter de la cybersécurité lors de leur réunion bilatérale à Genève.

«J’ai parlé de la proposition selon laquelle certaines infrastructures critiques devraient être interdites aux attaques, point final. Par cyberattaque ou par tout autre moyen», a déclaré Biden lors de sa conférence de presse après la rencontre avec Poutine.

«Je leur ai donné une liste… 16 entités spécifiques, 16 définies comme des infrastructures critiques selon la politique américaine, du secteur de l’énergie à nos systèmes d’approvisionnement en eau. Bien sûr le principe est une chose, mais il doit être soutenu par la pratique. Les pays responsables doivent prendre des mesures contre les criminels qui mènent des activités de ransomware (rançongiciel) sur leur territoire. Nous avons donc convenu de charger des experts de nos deux pays de travailler sur des compréhensions spécifiques de ce qui est interdit et de suivre les cas spécifiques qui proviennent d’autres pays, l’un ou l’autre de nos pays», a expliqué Biden.

Les 16 entités définies comme des infrastructures critiques dont a parlé le président américain dans sa conférence de presse se retrouvent, notamment, dans le secteur chimique, le secteur des communications, la fabrication critique, les barrages, la base industrielle de défense, les services d’urgence, le secteur de l’énergie, le secteur des services financiers, l’alimentation et l’agriculture, a précisé le département d’État le lendemain du sommet.

Répondant par ailleurs aux questions des journalistes sur les conséquences d’une nouvelle ingérence électorale ou d’autres attaques de cybersécurité contre les États-Unis, le président américain a déclaré, en parlant de son homologue russe «Il sait qu’il y a des conséquences. Il sait que je vais agir. Soyons clairs: que se passerait-il si les États-Unis étaient perçus par le reste du monde comme interférant directement avec les élections d’autres pays et que tout le monde le savait ? Cela diminue la réputation d’un pays qui essaie désespérément de s’assurer qu’il conserve sa position de grande puissance mondiale.»

Biden a aussi déclaré en réponse à une question d’un journaliste que les États-Unis disposaient d’une «capacité cybernétique importante» et qu’ils répondraient à de nouvelles cyberattaques.

Le président américain Joe Biden a toutefois qualifié de «positif» le ton de ses rencontres avec le président russe s’est montré globalement optimiste lors de sa conférence de presse en décrivant son sommet avec le dirigeant russe et ce qui se passera ensuite, disant que les mois à venir serviraient de «test» pour savoir si leur discussion d’aujourd’hui auront véritablement rapproché les deux puissances.

«Cela va être le test. Je ne suis pas assis ici en train de dire que parce que le président et moi avons convenu que nous ferions ces choses que tout d’un coup ça va marcher. Je ne dis pas ça. Ce que je dis, c’est que je pense il y a une réelle perspective d’améliorer considérablement les relations entre nos deux pays, sans que nous renoncions à nos principes et à nos valeurs», a déclaré Biden.

Le président russe Vladimir Poutine avait tenu sa propre conférence de presse en solo avant Biden, où il a déclaré que les ambassadeurs américain et russe retourneraient à leurs postes diplomatiques et que les deux pays entameraient des consultations sur la cybersécurité. Il a également qualifié le sommet de «constructif» et de «productif» dans l’ensemble.

Sur la question des armements, conformément à ces objectifs, les États-Unis et la Russie s’engageront ensemble dans un dialogue bilatéral intégré sur la stabilité stratégique dans un avenir proche, qui sera délibéré et solide et cherchera à jeter les bases des futures mesures de contrôle des armements et de réduction des risques, a aussi annoncé la Maison-Blanche aujourd’hui.

Voir aussi:

Biden et Poutine se serrent les mains au début de leur premier sommet à Genève >>

Sommet Biden/Poutine: États-Unis et Russie entameront des consultations sur la cybersécurité >>

Remarks by President Biden in Press Conference >>

Previous articleSommet Biden/Poutine: États-Unis et Russie entameront des consultations sur la cybersécurité
Next articleBoko Haram confirme la mort de son chef et nomme un nouveau