Op IMPACT: déploiement de troupes en soutien à la mission militaire canadienne en Irak

0
593
Derniers préparatifs avant le départ des troupes en autobus vers l'Aéroport le 9 juillet 2021. (Sous-lieutenant Guy Fahé/Centre d'instruction de la 2e Division du Canada)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

*Communiqué


Un groupe composé d’environ 70 militaires a quitté l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec vendredi 9 juillet à destination du Koweït pour prendre part à la 5e rotation de l’Opération (OP) IMPACT.


Parmi ces quelque 70 militaires, environ 20 proviennent de la Base Valcartier, et plus précisément du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC). Sous l’égide de l’OTAN, ce déploiement vise à améliorer les capacités des forces de sécurité irakiennes.

Une fois en place au camp Canada au Koweït, les troupes effectueront cette fois un vol militaire tactique pour se rendre à Erbil ou à Bagdad, en Irak, pour y entamer leur travail. Les soldats agiront alors comme conseiller militaire à la formation, comme conseiller militaire/officier d’état-major ou comme conseiller militaire/personnel technique d’état-major.


Chaque année, l’Armée canadienne confie à une division différente le rôle d’assurer un niveau de préparation élevé de ses troupes en vue d’une période de haute disponibilité (déploiements).

De la 4 e Division du Canada (Ontario) en 2020-2021, ce rôle a été confié à la 2e Division du Canada (Québec). Près de 2000 membres du 5 GBMC, chapeauté par la 2e Division du Canada, se déploieront ainsi sur des opérations expéditionnaires entre mai 2021 et octobre 2022.


Cette période sera marquée par deux vagues de rotations de six mois chacune : la première rotation a débuté en mai 2021, alors que la deuxième commencera en janvier 2022. Les opérations expéditionnaires que soutiendra le 5 GBMC sont les Opérations IMPACT, UNIFIER, REASSURANCE et NABERIUS.

Faits en bref


 La mission en Irak de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est une mission non combattante, consultative et d’instruction conçue pour aider à bâtir des institutions irakiennes de défense et de sécurité plus efficaces et durables.


 Le Canada a pris le commandement de la mission de l’OTAN en Irak en novembre 2018 et est actuellement le principal contributeur à la mission.

 Les contributions du Canada à la mission de l’OTAN en Irak s’harmonisent étroitement avec l’accent renouvelé que le Canada met sur l’accroissement de la stabilité et de la résilience à long terme en Irak, étant donné le mandat de renforcement des capacités institutionnelles de la mission.

 Rappelons que c’est en janvier 2020 que l’Armée canadienne a déplacé ses troupes hors d’Irak, suivant l’exemple de plusieurs autres nations occidentales concernées par la situation de plus en plus volatile entre les États-Unis et l’Iran. Le retrait des Forces armées canadiennes (FAC) en Irak s’ajoute à celui d’autres alliés de l’OTAN, dont l’Allemagne, la Croatie et la Roumanie.

 Les efforts militaires du Canada sont diversifiés et comprennent :
o la participation à la coalition mondiale;
o la participation à la mission de l’OTAN en Irak;
o la participation au renforcement des capacités militaires en Irak, en Jordanie et au Liban.

 Le 31 mars 2021, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a annoncé que le gouvernement du Canada prolongeait l’Opération IMPACT jusqu’au 31 mars 2022.

 La prolongation d’un an de l’opération IMPACT comprend l’autorisation de déployer jusqu’à 850 membres du personnel des Forces armées canadiennes à l’appui de la coalition mondiale, de la mission de l’OTAN en Irak et des activités de renforcement des capacités des forces armées de la Jordanie et du Liban.