Réfugiés afghans: la communauté militaire répond à l’appel aux bénévoles lancée par le lieutenant-général (ret) Thibault

0
344
Craignant pour leur vie, des interprètes afghans se tournent vers le Canada, même si la mission canadienne s’est terminée en 2014. Ici, en 2007, un interprète compte en langue Pashtou l'argent donné aux villageois pour les dédommager de leurs pertes. De gauche à droite; Maj Bouchard, Capt Sylvain Falle du Groupement tactique et le Capt Catherine Larose des Affaires publiques (Armée canadienne)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Les Canadiens, tout particulièrement la communauté canadienne de la Défense, ont répondu généreusement à l’appel aux bénévoles lancé le 20 juillet par le lieutenant-général à la retraite Guy Thibault, président de la Conférence des associations de la défense (CAD), pour aider à accueillir et à intégrer dans nos communautés les réfugiés afghans qui ont servi avec nos troupes.

En date de dimanche, 25 juillet, le site de la CDA sur lequel peuvent s’inscrire ceux et celles qui veulent aider ces Afghans qui étaient nos héros et nos amis, faisait état de 300 bénévoles déjà inscrits et réitéré son appel à toutes les bonnes volontés.

Alors que la situation en Afghanistan ne cesse de se dégrader, «Nos sacrifices partagés ne doivent pas être oubliés ni ceux qui nous sont venus en aide au cours de cette mission dangereuse. Ils étaient amis et alliés. Ils méritent notre plus grand respect pour les risques qu’ils ont pris. Les mettre à l’abri d’un danger immédiat est le moins que nous puissions faire», écrit l’ancien vice-chef d’état-major de la Défense qui dès la mi-juillet, pressait déjà le gouvernement d’agir.

Les tâches et les responsabilités spécifiques seront déterminées une fois qu’on en saura plus sur les arrivées, leurs nombre et les régions d’accueil, explique la CAD, mais il est certain que les bénévoles n’auront pas à héberger de réfugiés. Les bénévoles ne sont appelés qu’à leur donner un coup main de donner un coup de main et ne deviennent pas pas non plus leurs parrains. (  »You will not be asked to host a refugee or their family in your home »).

Les tâches des bénévoles peuvent plus simplement consister à aider les nouveaux arrivants avec les formulaires à remplir, fournir aux nouveaux arrivants une ‘introduction de base’ à la société canadienne, aux écoles, au magasinage, etc., les encourager, faire en sorte qu’ils ne se sentent pas «perdus», en particulier dans les premiers mois suivant leur arrivée.

Accueil des réfugiés afghans: les bénévoles font la différence

La tâche des bénévoles, relativement simple, n’en est pas moins essentielle.

«Je me souviens quand je suis arrivé au Canada en tant que réfugié ougandais, à quel point ma famille et moi avons apprécié les bénévoles qui nous ont guidés et accueillis. Sans eux, nous nous serions certainement sentis très perdus. C’est pourquoi je veux redonner en soutenant cette initiative», écrit sur le site de la CAD le colonel honoraire du Régiment du renseignement de l’Armée canadienne, Chiko Nanji, PDG de Metro Supply Chain Group et membre du conseil d’administration de l’Institut de la CAD.

Au fur et à mesure qu’on en saura plus sur les besoins, les exigences et les directives du gouvernement et des tiers avec lesquels collabore la CAD, (par exemple, les groupes de soutien aux réfugiés, les organisations communautaires, etc.), les tâches exactes des bénévoles se préciseront, mais, essentiellement, il s’agira toujours de donner un coup de main et d’encourager ces personnes qui ont servi les troupes canadiennes et doivent maintenir quitter leur pays dans des circonstances très pénibles pour qu,en arrivant dans leur nouveau pys, elles se sentent un peu moins perdues.

Pendant ce temps, le ministère canadien de l’Immigration a apporté des précisions supplémentaires la semaine dernière sur les réfugiés afghans que nous accueillerons.

Les personnes admissibles à l’asile comprennent les interprètes qui ont travaillé avec les Forces armées canadiennes, les cuisiniers, les chauffeurs, les nettoyeurs, les ouvriers du bâtiment, les gardes de sécurité et le personnel recruté localement à l’ambassade du Canada en Afghanistan, ainsi que les membres de leur famille.

Les critères à soumettre pour la réinstallation au Canada sont basés sur la relation significative ou durable des demandeurs avec le gouvernement du Canada.

Comment Ottawa offre l’asile aux Afghans qui nous ont aidé

«Beaucoup de citoyens afghans ont mis leur vie en danger pour aider le Canada pendant et après notre mission militaire en Afghanistan. Aujourd’hui, devant les menaces grandissantes des talibans, nous faisons tout en notre pouvoir pour les amener en lieu sûr. Des vies sont en jeu. C’est pourquoi nous prenons des mesures rapides et décisives pour appuyer les Afghans qui ont aidé le Canada et leur offrir un avenir dans ce pays. Le Canada s’occupera des personnes qui nous ont aidés.», a déclaré vendredi le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino.

«Je sais pertinemment à quel point le travail de ceux qui ont aidé les Forces armées canadiennes pendant que le Canada était en Afghanistan est important. Nous devons aux personnes qui ont servi aux côtés de nos militaires et à leur famille de nous assurer qu’ils sont en sécurité. C’est pourquoi les Forces armées canadiennes et le ministère de la Défense nationale travaillent avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada depuis le début. Nous poursuivrons ce travail jusqu’à ce que les Afghans qui ont contribué à notre travail en Afghanistan soient en sécurité ici, au Canada.», a renchéri le ministre de la Défense, harjit sajjan, qui a lui-même servi en Afghanistan.

En raison de la détérioration rapide de la situation dans le pays, beaucoup sont devenus des cibles des talibans en raison de leur travail, écrit le ministère canadien de l’Immigration dans le communiqué vendredi qui annonce la mise en place d’un programme spécial pour protéger et réinstaller les ressortissants afghans qui ont grandement contribué aux efforts du Canada en Afghanistan.

Critères d’admissibilité

Les personnes admissibles à la réinstallation comprennent notamment : les interprètes qui ont travaillé avec les Forces armées canadiennes, les cuisiniers, les chauffeurs, le personnel d’entretien, les ouvriers de la construction, les gardes de sécurité, le personnel recruté sur place qui travaille ou qui a travaillé à l’ambassade du Canada en Afghanistan, et les membres de leur famille. Les critères d’admissibilité à la réinstallation sont fondés sur l’importance ou la durabilité de la relation des demandeurs avec le gouvernement du Canada. Les demandeurs doivent satisfaire à toutes les exigences habituelles d’admissibilité, y compris les exigences relatives à la sécurité, à la criminalité et aux examens de santé. Les délais de traitement seront également accélérés. Les demandeurs seront également soumis aux mesures de santé publique et aux protocoles de sécurité liés à la COVID-19 existants. [Source: Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)]

Des équipes opérationnelles déjà à l’œuvre en Afghanistan

Des équipes opérationnelles canadiennes sont déjà à l’œuvre en Afghanistan

Affaires mondiales Canada et le ministère de la Défense nationale travaillent actuellement à identifier et à aider les personnes qui sont admissibles à la réinstallation au Canada.

Des équipes opérationnelles des trois ministères, Immigration, Affaires mondiales et Défense, sont en ce moment en Afghanistan pour appuyer ce travail, et à compter de maintenant, le ministèere de l’Immigration commencera à traiter les demandes des personnes qui sont transmises par les deux autres ministères.

Bien évidemment, afin de protéger leur vie privée et la sécurité de leur famille élargie qui pourrait rester en Afghanistan, l’identité des personnes qui seront réinstallées, ni la façon dont elles seront évacuées, ni le moment où elles le seront ne seront divulguées, mais Ottawa prévoit que les premiers ressortissants arriveront au cours des prochaines semaines».

À voir aussi:

Visas: devant la lenteur des Américains et craignant pour leur vie, des interprètes afghans se tournent vers le Canada >>

Il faut sauver les interprètes afghans et leurs familles, plaide au Canada la Conférence des associations de la défense >>

Appel à la communauté militaire: la CAD cherche 1 000 bénévoles prêts à aider les réfugiés afghans qui ont servi avec nos troupes >>