Avec le retour des talibans, l’ONU appelle à l’unité pour combattre «la menace terroriste»

0
721
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni en urgence ce lundi matin pour discuter de la situation en Afghanistan, où les Talibans ont pris le pouvoir dimanche après l’effondrement des forces gouvernementales et la fuite à l’étranger du Président Ashraf Ghani, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé la communauté internationale à s’unir pour «supprimer la menace terroriste» en Afghanistan, après le retour au pouvoir des talibans dans le pays.

«La communauté internationale doit s’unir pour s’assurer que l’Afghanistan ne soit jamais à nouveau utilisé comme une plateforme ou un refuge pour des organisations terroristes», a déclaré M. Guterres, lors de la réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Au moment où on assiste à des scènes de panique à l’aéroport international de la capitale afghane, où des milliers de personnes cherchent à fuir, «Le monde suit les événements en Afghanistan avec le cœur lourd et une profonde inquiétude quant à ce qui l’attend. Nous avons tous vu les images en temps réel. Le chaos, les troubles, l’incertitude, et la peur », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, devant les membres du Conseil de sécurité.

Anotnio Guterres a appelé «le Conseil de sécurité et la communauté internationale dans son ensemble à faire front, à travailler ensemble et à agir ensemble, et à utiliser tous les outils à leur disposition pour supprimer la menace terroriste mondiale en Afghanistan et pour garantir que les droits de l’homme fondamentaux soient respectés».

Le chef de l’ONU a demandé à la communauté internationale de faire en sorte que l’Afghanistan ne soit plus jamais utilisé comme plate-forme ou refuge pour les organisations terroristes. «Je lance un appel au Conseil de sécurité — et à la communauté internationale dans son ensemble — pour qu’ils restent solidaires, travaillent ensemble et agissent ensemble — et utilisent tous les outils à leur disposition pour réprimer la menace terroriste mondiale en Afghanistan et garantir le respect des droits humains fondamentaux », a-t-il dit. « Peu importe qui détient le pouvoir, ces deux principes fondamentaux – dans lesquels notre monde a un intérêt si profond et constant – doivent être respectés».

Antonio Guterres a aussi appelé « les talibans et toutes les parties à respecter et à protéger le droit humanitaire international et les droits et libertés de toutes les personnes », se disant « particulièrement inquiet à cause de récits de violations croissantes des droits de l’homme à l’encontre des femmes et des jeunes filles afghanes ».

«Nous recevons des informations effrayantes faisant état de violations graves des droits de la personne dans tout le pays », a ajouté le secrétaire général depuis le siège de l’ONU à New York.

«Les prochains jours seront cruciaux», a-t-il ajouté. «Le monde nous regarde. Nous ne devons ni ne pouvons abandonner la population en Afghanistan», a-t-il déclaré, alors que, a-t-il noté, l’ONU est présente dans le pays et que, à son grand soulagement, dans une large mesure le personnel et les locaux des Nations Unies ont été respectés. « Nous continuons d’exhorter les Talibans à honorer l’intégrité de ces installations et l’inviolabilité des envoyés et locaux diplomatiques », a-t-il déclaré.

S’agissant de la crise humanitaire en Afghanistan qui affecte 18 millions de personnes, soit la moitié de la population du pays, le secrétaire général estimé qu’il était vital que les services de base continuent d’être fournis.

«La présence des Nations Unies s’adaptera à la situation sécuritaire. Mais par-dessus tout, nous resterons et apporterons notre soutien au peuple afghan», a-t-il assuré.

*Avec AFP