Chine: le Canadien Michael Spavor condamné à 11 ans pour espionnage

0
483
Dans ce qui semblent des représailles pour l’arrestation par le Canada à la demande des États-Unis de Meng Wangzhou, la dirigeante du géant chinois des télécom Huawei, les autorités chinoises ont arrêté Michael Spavor en décembre 2018 (Twitter/@mpspavor)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Un tribunal chinois a reconnu l’homme d’affaires canadien Michael Spavor coupable d’espionnage, le condamnant à 11 ans de prison, dans une décision susceptible de saper davantage les relations déjà mauvaises entre la Chine et le Canada.

Spavor, qui a dirigé pendant des années une entreprise de voyages et d’échanges culturels entre la Chine et la Corée du Nord, « a été reconnu coupable d’espionnage et de divulgation illégale de secrets d’État », a déclaré mercredi le tribunal populaire intermédiaire de la ville de Dandong dans un communiqué.

« Il a été condamné à 11 ans de prison.

Le tribunal a déclaré que Spavor, dont le procès à huis clos en mars a duré un peu plus de deux heures, serait également expulsé mais n’a pas précisé quand, et a confisqué une partie de ses biens personnels.

Spavor est l’un des deux Canadiens qui ont été détenus en Chine en décembre 2018, peu de temps après que le Canada a arrêté Meng Wanzhou, directrice financier du géant chinois des télécommunications Huawei, suite à une demande d’extradition des États-Unis.

Michael Kovrig, analyste à l’International Crisis Group, fait également face à des accusations d’espionnage et a été jugé peu de temps après Spavor en mars. Il attend toujours un verdict

Et hier, un tribunal chinois a rejeté mardi l’appel de Robert Schellenberg, condamné à mort pour trafic de drogue dans ce qui a toutes les apparences d’un effort pour intensifier la pression sur le Canada pour qu’il libère la directrice financière de géant de la technologie Huawei, Meng Wanzhou, détenue au Canada en attendant d’être fixée sur la demande d’extradition des États-Unis qui l’accusent d’avoir monté un réseau financier destiné à contourner les sanctions unilatérales imposées par les États-Unis à l’Iran. 

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré aujourd’hui que Le verdict rendu pour Michael Spavor était absolument inacceptable.

«La condamnation et la peine imposées par la Chine à l’encontre de Michael Spavor sont absolument inacceptables et injustes.

«Le verdict rendu pour M. Spavor arrive après plus de deux ans et demi de détention arbitraire, un manque de transparence dans le processus judiciaire et un procès qui n’a pas même satisfait aux normes minimales requises par le droit international.

« Pour M. Spavor, ainsi que pour Michael Kovrig, qui est également détenu arbitrairement, notre priorité absolue reste d’obtenir leur libération immédiate. Nous continuerons de travailler sans relâche pour qu’ils rentrent à la maison le plus tôt possible.

«Nos pensées, et celles de tous les Canadiens, accompagnent M. Spavor et ses proches en cette période incroyablement difficile. Le gouvernement du Canada continue de fournir une aide consulaire à M. Spavor et à sa famille afin d’assurer son retour en toute sécurité. », a conclu le premier ministre canadien, ajoutant qu’il tenait à «remercier les nombreux partenaires, amis et alliés du Canada pour leur solidarité et leur soutien en faveur de la libération de M. Spavor et de M. Kovrig, et pour leur opposition à la pratique de la détention arbitraire. Nous ne relâcherons pas nos efforts tant qu’ils ne seront pas de retour à la maison en toute sécurité. »

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau a lui aussi condamné fermement la décision de la Chine.

«Le Canada condamne avec la plus grande fermeté la déclaration de culpabilité de Michael Spavor et la peine qui lui a été imposée par la Chine. Cette décision est rendue à l’issue d’une procédure judiciaire qui manque d’équité et de transparence, en plus d’un procès qui ne satisfait pas les normes minimales requises par le droit international.

«Nous maintenons depuis plus de 2 ans et demi que la détention de Michael Spavor et de Michael Kovrig est totalement arbitraire.», a-t-il ajouté.

Le verdict rendu pour Michael Spavor intervient une semaine avant la décision, le 20 août, d’un tribunal canadien sur la demande d’extradition par les États-Unis de Meng Wanzhou.

Les tribunaux chinois sont contrôlés par le Parti communiste et ont un taux de condamnation de près de 100 % dans les procès pénaux.

Washington appelle à la libération «immédiate» de Michael Spavor

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a appelé mercredi Pékin à libérer « immédiatement » et « sans condition » le Canadien Michael Spavor.

«Détenir arbitrairement des individus pour exercer une influence sur des gouvernements étrangers est totalement inacceptable», a dénoncé le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

«Nous condamnons toujours ces détentions arbitraires ainsi que la peine prononcée contre M. Spavor» a fustigé Antony Blinken.

L’UE affiche également sa «solidarité» avec Ottawa

L’Union européenne a dénoncé mercredi la condamnation du Canadien Michael Spavor par un tribunal chinois à onze ans d’emprisonnement pour espionnage, car il n’a pas bénéficié d’un « procès équitable », et a affiché sa « solidarité » avec Ottawa.

«Les détentions arbitraires n’ont pas leur place dans les relations internationales», a réagi sur Twitter Charles Michel, le président du Conseil européen, l’instance des 27 États membres.

«L’UE exprime sa pleine solidarité avec le Canada pour condamner le verdict infligé à M. Spavor, et nous nous associons pour appeler à sa libération», a-t-il ajouté.

«Le procès s’est déroulé à huis clos, sans qu’il puisse choisir ses avocats, et il n’a eu accès qu’à une assistance consulaire sévèrement restreinte », a observé de son côté une porte-parole de Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne.

«Son droit à un procès équitable et à une procédure judiciaire juste, notamment le droit à un procès public, comme cela est garanti dans les textes internationaux des droits de l’Homme et le code pénal chinois, n’ont pas été respectés», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

«L’UE a de façon répétée réclamé à la Chine de respecter ses obligations légales internationales pour garantir à M. Spavor une procédure judiciaire équitable», a-t-elle rappelé.

*Avec AFP

Voir aussi:

Affaire Huawei: début des audiences d’extradition de Meng Wanzhou >>