Le Canada va accélérer l’évacuation et l’accueil de réfugiés afghans

0
410
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le ministère de l’Immigration va accélérer le processus d’évacuation et d’accueil des familles d’interprètes et des autres personnes qui ont contribué à la mission canadienne en Afghanistan, a annoncé le ministre Marco Mendicino, rapporte La Presse Canadienne aujourd’hui.

Marco Mendicino a déclaré que son ministère allait ajouter des ressources pour faciliter l’accueil de réfugiés afghans. Les anciens interprètes, le personnel de soutien et leur famille, qui sont à risque de se faire arrêter ou maltraiter par les talibans en raison de leur collaboration avec l’armée canadienne ou avec d’autres organisations, font partie des réfugiés accueillis en priorité.

Environ 1000 réfugiés afghans sont déjà arrivés au Canada, selon le ministre de l’immigration.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé jeudi que le pays avait envoyé des soldats en sol afghan pour faciliter l’évacuation des réfugiés dans le cadre de l’opération AEGIS.

L’Opération AEGIS est la contribution des Forces armées canadiennes aux évacuations, consistant à fournir du soutien aux autres partenaires gouvernementaux en matière de planification, de coordination, et en support aérien selon le besoin.

Dans le cadre de cette opération, deux CC-177 Globemasters ont été affectés aux efforts d’évacuation et voleront régulièrement vers Kaboul, a twitté le ministre canadien de la Défense Harjit Sajjan, ajoutant que ces vols se poursuivront aussi longtemps que les conditions de sécurité au sol le permettront et se concentreront sur l’évacuation des Canadiens et des ressortissants afghans qui ont une relation durable avec la mission du Canada en Afghanistan.

Il faut faire vite. Le gouvernement a également annoncé qu’il n’allait pas exiger un passeport ou un test négatif à la COVID-19 des passagers afghans, qu’on les laissera s’envoler et qu’on les enverra plutôt dans un pays tiers sécuritaire compléter le processus d’évaluation.

Le plus grand obstacle demeure toutefois les points de contrôle des talibans que les Afghans doivent traverser pour atteindre l’aéroport de Kaboul, selon le ministre canadien de l’Immigration.