Les restes de milliers de victimes des purges staliniennes découverts dans des fosses communes en Ukraine

0
437
Les restes de milliers de victimes des purges staliniennes ont été découverts dans des fosses communes à Odessa en Ukraine. (omr-gov-ua)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Des fosses communes contenant les dépouilles de milliers de personnes massacrées dans les années 1930 lors de purges staliniennes, un des plus vastes sites de ce type en Ukraine, ont été découvertes à Odessa, dans le sud du pays, ont indiqué mercredi les autorités, rapporte aujourd’hui l’Agence France-Presse.

Jusqu’à 8 000 habitants d’Odessa ont été abattus – des Ukrainiens, des Russes, des Allemands, des Moldaves, des Polonais et des représentants d’autres groupes ethniques. C’est ainsi que de nombreux restes humains peuvent être retrouvés dans l’immense cimetière où furent enterrées les victimes de la répression soviétique entre 1937 et 1941. 

À ce jour, 29 fosses contenant les restes de quelque 5000 à 8000 personnes ont été localisées sur un terrain de presque cinq hectares situé près de l’aéroport d’Odessa, a indiqué à l’agence de presse Sergui Goutsaliouk, chef de l’antenne régionale de l’Institut de la mémoire nationale.

Les fosses ont été localisées après qu’un historien basé à Odessa, Oleksandr Babich, ait découvert des documents dans les archives roumaines sur les exécutions de masse et les enterrements à Odessa dans les années 1930.

Les autorités municipales ont ordonné des fouilles exploratoires en vue d’autoriser des travaux d’élargissement de l’aéroport, car des fosses communes avaient déjà été mises au jour par le passé dans cette zone.

Le nombre pourrait encore augmenter, les opérations étant toujours en cours.

«Très probablement, cette année, nous localiserons toutes les fosses et nous arrêterons les travaux jusqu’à l’année prochaine. Et puis nous déciderons qui fera le réinhumation.», a indiqué Oleksandr Babich, «Habituellement, une victime a besoin d’une journée de travail – si vous la récupérez avec soin et si vous établissez au moins grossièrement son identité . Et il y a environ 8 000 de ces personnes.», a-t-il expliqué, ajoutant «Nous ne permettrons à personne de creuser avec un bulldozer ici, il faut le faire avec les mains et une victime à la fois».

Toujours selon l’historien, «Les corps reposent en 3 à 5 couches. En travaillant avec des sondes, il est possible de comprendre, de sentir comment reposent les os. Les fosses sont de 2 x 2,5 mètres, certaines plus longues. Les restes commencent à se trouver quelque part à une profondeur de 1,6 mètre. Les victimes ont d’abord été saupoudrées d’un peu de terre, puis enregistrées avec des ordures». 

Tués d’une balle dans la nuque

Selon M. Goutsaliouk, le chef de l’antenne régionale de l’Institut de la mémoire nationale, les victimes, des habitants de la région, ont été tuées souvent d’une balle dans la nuque par le NKVD, la police secrète soviétique et ancêtre du KGB. Ces exécutions remontent aux années 1937-39, pendant la « Grande terreur » stalinienne.  

Selon lui, il ne sera pas possible d’identifier les victimes, les documents sur ces purges étant classés secrets et conservés à Moscou, «qui ne les donnera pas» à l’Ukraine en raison des relations tendues entre les deux pays.

Des fouilles conduites dans la zone en 1943 et 2008 avaient permis d’exhumer près de 1600 dépouilles, a expliqué M. Goutsaliouk.

Selon des estimations des historiens ukrainiens, plusieurs centaines de milliers d’Ukrainiens ont été exécutés ou emprisonnés dans des camps du Goulag lors des purges staliniennes dans les années 1930.

Un des sites d’exécution les plus connus est la forêt proche du village de Bykivnia, en périphérie de Kiev, où des dizaines de milliers de victimes ont été enterrées dans les années 1937-1941.

Des millions d’Ukrainiens sont également morts dans la grande famine de 1932-1933, selon l’Ukraine un « génocide » orchestré par Staline pour réprimer toute velléité nationaliste et indépendantiste. 

*Avec AFP