Opération AEGIS: alors que la mission achève, près de 3 000 personnes ont été jusqu’ici évacuées d’Afghanistan (PHOTOS)

0
808
Des membres des Forces armées canadiennes aident au transport des évacués de Kaboul, en Afghanistan, vers le Canada dans le cadre de l'Op AEGIS, août 2021 à Kaboul, en Afghanistan. (Photo par : Forces armées canadiennes)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

En date du 25 août, plus de 2 700 personnes ont été évacuées de l’aéroport de Kaboul en quelques semaines dans le cadre de l’opération AEGIS, la contribution des Forces armées canadiennes (FAC) aux efforts du gouvernement du Canada en vue d’évacuer les Afghans ayant des liens importants ou durables avec le gouvernement du Canada, ainsi que les membres de leur famille qui les accompagnent et qui se terminera avant la date butoir du 31 août fixée par les Américains.

Mise à jour 26/08/2021, 10h08

Le chef d’état-major par intérim de la Défense canadienne, le général Wayne Eyre, a confirmé aujourd’hui jeudi 26 août que la mission des Forces armées canadiennes à Kaboul a pris fin et que la grande majorité du personnel canadien a quitté l’aéroport de Kaboul dans la nuit d’hier à aujourd’hui, ajoutant que les Canadiens ont été parmi les derniers à sortir de la capitale de l’Afghanistan.

Le Canada a évacué un total d’environ 3700 personnes de l’Afghanistan, a dit le CEMD par intérim, précisant que les opérations se sont déroulées alors que l’aéroport était sous constante menace d’attaques de la part des talibans qui contrôlent maintenant l’Afghanistan et affirmant que les Forces armées canadiennes auraient voulu rester plus longtemps et évacuer encore plus de personnes et que le fait de ne pas avoir été en mesure de le faire a été déchirant.

_____________________________-

Les Forces armées canadiennes soutiennent ainsi Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) et Affaires mondiales Canada (AMC) en offrant des capacités de transport aérien stratégique pour aider à mener les évacuations de concert avec les vols nolisés par IRCC.

Les Forces canadiennes ont recours à des aéronefs CC‑130J Hercules, CC‑150 Polaris et CC‑177 Globemaster de l’Aviation royale canadienne (ARC), de même qu’à leur équipage aérien et aux responsables du soutien afférents, pour assurer le transport des personnes évacuées.

Les 22, 23 et 24 août, des vols avec 436, 506 et 535 réfugiés afghans, respectivement ont pu décoller de l’aéroport international Hamid-Karzai, à Kaboul, ce qui, en ajoutant à ce nombre celui des citoyens et résidents canadiens, pote le total de personnes évacuées d’Afghanistan à un total e plus de 2700 personnes évacuées de l’Afghanistan.

«Le danger augmente d’heure en heure», n’a pas caché le ministre de la Défense, Harjit Sajjan lors d’un point de presse aujourd’hui en compagnie de son collègue des Affaires étrangères, marc Garneau Les talibans, qui ont protesté hier contre l’exode de milliers d’Afghans, ont empêché au points de contrôle hors de l’aéroport et continuent d’empêcher, des gens qui veulent quitter le pays de se rendre à l’aéroport de Kaboul.

«C’est une course contre la montre [d’ici la date butoir du 31 août que le président américain a hier refusé de repousser pour l’instant, NDLR]», a déclaré pour sa part le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, réitérant l’engagement du Canada d’accueillir plus de 20 000 Afghans qui sont à risque de subir des représailles, dont des membres des minorités ethniques, de la communauté LGBTQ ainsi que ceux qui ont contribué à faire progresser les droits humains, en particulier les femmes et les filles, mais aussi tous ces interprètes qui ont collaboré avec nos diplomates et nos forces en Afghanistan..

Fin de la mission

La mission canadienne doit donc s’achever donc avant la date-butoir du 31 août.

Le premier ministre Justin Trudeau avait confirmé mardi près la réunion du G7 consacré à l’Afghanistan que le Canada était prêt à rester après la date limite du retrait des États-Unis. «J’ai insisté sur le fait que le Canada était prêt à rester même après le 31 août si c’est possible, pour continuer de sauver le plus de gens possible», avait déclaré Justin Trudeau à sa sortie de la réunion virtuelle avec les dirigeants du G7.

Aujourd’hui, le ministre de la Défense, expliquant que ce sont les Américains qui dirigent la mission et que leurs militaires doivent être les derniers à quitter l’aéroport, ce qui signifie que le Canada doit commencer les préparatifs de départ avant le 31 août, a indiqué que l’armée canadienne se prépare maintenant à mettre un terme à sa mission à l’aéroport de Kaboul avant la date butoir fixée par les États-Unis pour leur retrait d’Afghanistan.

Le 30 juillet, on a demandé l’aide des FAC pour soutenir les activités d’évacuation menées par le gouvernement du Canada et visant les membres du personnel afghans et leur famille de Kaboul, en Afghanistan.

Le 4 août, des aéronefs militaires des FAC et des vols civils nolisés par le gouvernement du Canada ont commencé à faire sortir des personnes évacuées de l’Afghanistan.

Un pont aérien a été établi pour évacuer les personnes évacuées. On utilise une opération de pont aérien quand les méthodes terrestres et maritimes ne sont pas disponibles en raison de conflit, de barrage ou d’autre situation d’urgence. Avec un pont aérien, tout le transport vers un emplacement et à partir de celui‑ci est effectué par aéronef.

Le 19 août, les FAC ont commencé à soutenir le pont aérien de la coalition dirigé par les États‑Unis (É.‑U.) pour aider à mener l’évacuation d’Afghans à risque de l’aéroport international Hamid Karzai à Kaboul.

Treize pays, dont le Canada, auront participé à l’opération de pont aérien dirigé par les É.‑U. à Kaboul.

Voir aussi:

Repousser la date du retrait d’Afghanistan, rien de moins clair: oui, mais non ou peut-être semble dire Biden >>