Afghanistan: 1ère évacuation depuis le retrait américain, des Canadiens parmi les évacués

0
334
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un avion évacuant 200 personnes, dont des Américains et des Canadiens, a décollé jeudi en fin d’après-midi de Kaboul, le premier vol passager pour l’étranger au départ de la capitale afghane depuis le retrait américain fin août, rapporte la chaîne de télévision satellitaire qatarie Al Jazeera, et un autre avion devrait décoller vendredi.

L’avion, à destination de Doha, est le premier de ce type depuis le gigantesque pont aérien organisé par les Américains qui a permis l’évacuation de plus de 120 000 personnes depuis le soudain retour au pouvoir des talibans à la mi-août.

Après les formalités de départ à l’aéroport, les passagers ont embarqué dans des bus sur le tarmac de l’aéroport, sous la surveillance de militaires du Qatar, très impliqué dans cette opération.

Les bus transportant une trentaine de passagers chacun les ont ensuite déposés au pied de l’avion de Qatar Airways où ils sont montés avant de décoller peu après.

Une tâche très compliquée, tant l’aéroport a souffert des évacuations chaotiques de la fin août, menées alors que des milliers d’Afghans se massaient autour de l’enceinte dans l’espoir de monter dans un des vols affrétés par les pays étrangers.

«Nous sommes très reconnaissants envers les Qataris», a dit à Al-Jazeera un des passagers, se présentant comme un Canadien.

Le Qatar, acteur incontournable dans la crise afghane

Le Qatar est devenu un acteur incontournable dans la crise afghane. Il avait accueilli les négociations conclues en 2020 entre les États-Unis de Donald Trump et les talibans, puis entre ces derniers et l’opposition afghane du président désormais déchu, Ashraf Ghani.

Doha et son allié la Turquie ont par ailleurs travaillé depuis plusieurs jours pour préparer les structures aéroportuaires à une réouverture progressive. Une tâche très compliquée, tant l’aéroport a souffert des évacuations chaotiques entre la prise de pouvoir des islamistes le 15 août et le départ des derniers soldats de l’armée américaine, à la fin du mois.

«C’est un jour historique pour l’aéroport de Kaboul», a dit jeudi l’envoyé spécial qatari en Afghanistan Mutlaq al-Qahtani, affirmant que les vols internationaux reprendraient «progressivement» à partir de la capitale afghane.

«Nous avons certainement fait face à de grands défis, mais avec l’aide de nos frères afghans et une équipe d’experts et de techniciens qatarie, nous avons réglé plusieurs problèmes», a dit Mutlaq al-Qahtani depuis l’aéroport. «Nous pouvons dire que l’aéroport (de Kaboul) se prépare à reprendre les services de navigation aérienne», a-t-il ajouté.

Un membre de l’équipe technique du Qatar a affirmé à Al-Jazeera que son équipe avait réussi à «réparer le radar ainsi que les équipements d’aide à l’atterrissage». Les outils de communications « fonctionnent désormais normalement », a-t-il ajouté.

Environ «90 %» de l’aéroport a été réparé, a-t-il encore dit, précisant que certains éléments techniques restaient à remettre en état.

Lors d’une visite officielle au Qatar en début de semaine, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a obtenu des talibans un nouvel engagement ferme sur le fait que les Afghans qui souhaitaient quitter le pays pourraient le faire sans entrave. Et les responsables américains reconnaissent qu’il reste une centaine de leurs ressortissants à exfiltrer.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a déclaré à la chaîne MSNBC que les autorités américaines «travaillent à faire sortir (d’Afghanistan) les citoyens américains qui veulent quitter le pays, ainsi que les résidents permanents (des États-Unis) et autres partenaires essentiels».

Il y a une semaine, le Qatar avait demandé aux talibans d’ouvrir un «passage sûr» aux personnes voulant quitter le pays, les rappelant à leur engagement de laisser les Afghans circuler librement vers l’étranger.

*Avec AFP

Voir aussi:

Afghanistan: Blinken obtient des talibans un nouvel engagement sur les évacuations >>