Le ministre des Affaires étrangères du Qatar rencontre les talibans à Kaboul

0
362
Le ministre des Affaires étrangères du Qatar rencontre les talibans. (Tolo)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, a effectué dimanche une courte visite à Kaboul, la plus importante au niveau diplomatique en Afghanistan depuis le retour au pouvoir des talibans, et y a rencontré un nombre impressionnant de dirigeants du nouveau gouvernement, a annoncé un compte Twitter taliban officiel.

Cet après-midi, le président de l’Émirat islamique d’Afghanistan, Alhaj Waraz Mullah Mohammad Hassan Akhund, a rencontré le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammad Bin Abdul Rahman Al Thani, et l’émir du Qatar, Cheikh Mohammad Ibn Ahmad Al Musnad , et la délégation qui l’accompagne, a twitté le porte-parole du bureau politique de l’Émirat islamique d’Afghanistan, le Dr Naeem.

Il semble que le chef de la diplomatie qatarie ait été reçu en grande pompe et qu’un nombre impressionnant de ministres du nouveau gouvernement afghan aient participé à la rencontre au cours de laquelle, toujours selon le porte-parole du bureau politique taliban, les deux parties ont discuté des relations bilatérales.

Toujours selon le porte-parole taliban, étaient présents à la rencontre, du côté afghan, le Ministre adjoint Maulvi Abdul Salam Hanafi, Shaykh-ul-Hadith Maulvi Abdul Hakim Haqqani, le Ministre par intérim des Affaires étrangères Maulvi Amir Khan Muttaqi, le Ministre par intérim de la Défense Maulvi Mohammad Yaqub Mujahid et le Ministre par intérim de l’Intérieur Khalifa Mullah Sirajuddin Haqqani,

Étaient aussi présents le ministre par intérim de l’Information et de la Culture, le mollah Khairullah Khairkhwa, le vice-ministre de la Défense, le mollah Mohammad Fazil Akhund, le directeur général du renseignement Maulvi Abdul Haq Wasiq, et plusieurs autres responsables.

Toujours selon le Dr Naeem, les autres questions abordées ont été l’aide humanitaire, le développement économique futur de l’Afghanistan et l’interaction internationale avec l’Émirat islamique. Les dirigeants de l’Émirat islamique ont à cette occasion «remercié le gouvernement et le peuple du Qatar d’avoir toujours soutenu le peuple afghan dans des circonstances difficiles».

Toujours selon le compte-rendu du porte-parole taliban, les dirigeants de l’Émirat islamique d’Afghanistan ont souligné lors de cette réunion que l’Accord de Doha est une réalisation historique de l’Afghanistan et que toutes les parties doivent rester attachées à cet accord.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar Mohammed bin Abdulrahman Al Thani aurait pour sa part «félicité les dirigeants de l’Émirat islamique d’Afghanistan et à l’ensemble du peuple afghan pour la victoire et a souligné la nécessité de maintenir de bonnes relations avec l’Afghanistan et d’attirer l’aide internationale»

Le ministre qatari, intermédiaire de premier plan dans la crise afghane, s’est également entretenu avec l’ancien président afghan Hamid Karzai, qui était accompagné pour l’occasion du président du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, le Dr Abdullah Abdullah. Les deux ex-dirigeants afghans, a twitté l’ancien président, ont discuté de la situation actuelle avec le chef de la diplomatie qatarie et ont remercié le Qatar pour son aide globale à l’Afghanistan et sa coopération pour faciliter les pourparlers de paix.

À Doha, le ministère des Affaires étrangères a indiqué pour sa part que les discussions entre le ministre qatari et les talibans avaient porté sur « les moyens de promouvoir la paix en Afghanistan, les développements concernant l’aéroport de Kaboul et les moyens d’assurer la liberté de passage et de voyage pour tous ».

Les deux parties ont «souligné l’importance de combattre les organisations terroristes qui menacent la stabilité de l’Afghanistan», a ajouté le ministère dans un communiqué.

Le ministre qatari a selon Doha exhorté ses interlocuteurs à favoriser une «réconciliation nationale incluant toutes les parties afghanes».  

Le Qatar a joué un rôle diplomatique de premier plan dans les affaires afghanes ces dernières années, accueillant notamment des négociations entre les talibans, alors dans la rébellion, et les États-Unis de Donald Trump, puis avec le gouvernement du président afghan Ashraf Ghani, finalement renversé le 15 août par les combattants islamistes.

Ce riche pays gazier du Golfe a également été très actif dans le gigantesque pont aérien qui a permis d’évacuer plus de 120 000 étrangers et Afghans désireux de quitter le pays à la suite du retour des talibans, accueillant plusieurs dizaines de milliers d’entre eux en transit vers d’autres pays.

Aucun pays n’a à ce jour officiellement reconnu le nouveau gouvernement des talibans. Seuls trois (Pakistan, Arabie saoudite et Émirats arabes unis) l’avaient fait lors de leur premier règne sur l’Afghanistan, entre 1996 et 2001.

La visite aujourd’hui à Kaboul du ministre des Affaires étrangères du Qatar qui est devenu un acteur incontournable était la première après la victoire de l’Émirat islamique.

Le Qatar travaille à réparer les structures aéroportuaires

Non seulement le Qatar est devenu un acteur incontournable dans la crise afghane, mais Doha et son allié la Turquie ont par ailleurs travaillé depuis plusieurs jours pour préparer les structures aéroportuaires à une réouverture progressive. Une tâche très compliquée, tant l’aéroport a souffert des évacuations chaotiques entre la prise de pouvoir des islamistes le 15 août et le départ des derniers soldats de l’armée américaine, à la fin du mois.

Il y a une semaine, le Qatar avait demandé aux talibans d’ouvrir un «passage sûr» aux personnes voulant quitter le pays, les rappelant à leur engagement de laisser les Afghans circuler librement vers l’étranger.

 Un premier vol passager international d’évacuation, un vol nolisé de Qatar Airways, a décollé de Kaboul vers le Qatar jeudi, suivi d’un autre vendredi avec à son bord 158 passagers, dont des Américains, des Allemands, des Canadiens, des Français, des Néerlandais, des Belges et des Mauriciens. 

«C’est un jour historique pour l’aéroport de Kaboul», a dit jeudi l’envoyé spécial qatari en Afghanistan Mutlaq al-Qahtani, affirmant que les vols internationaux reprendraient «progressivement» à partir de la capitale afghane.

«Nous avons certainement fait face à de grands défis, mais avec l’aide de nos frères afghans et une équipe d’experts et de techniciens qatarie, nous avons réglé plusieurs problèmes», a dit Mutlaq al-Qahtani depuis l’aéroport. «Nous pouvons dire que l’aéroport (de Kaboul) se prépare à reprendre les services de navigation aérienne», a-t-il ajouté.

Un membre de l’équipe technique du Qatar a affirmé cette semaine à Al-Jazeera que son équipe avait réussi à «réparer le radar ainsi que les équipements d’aide à l’atterrissage». Les outils de communications « fonctionnent désormais normalement », a-t-il ajouté.

Environ «90 %» de l’aéroport a été réparé, a-t-il encore dit, précisant que certains éléments techniques restaient à remettre en état.

Et Qatar Airways a commencé cette semaine à opérer des vols charters au départ de Kaboul, transportant des ressortissants étrangers qui n’ont pu obtenir de place sur aucun des ponts aériens d’urgence pour quitter le pays. 

En grande partie grâce au Qatar, plusieurs pas vers la normalisation ont été franchis alors que Pakistan International Airlines s’apprête à relancer des vols commerciaux vers Kaboul et que les Émirats arabes unis ont annoncé avoir mis en place un pont aérien pour acheminer des tonnes d’aide à l’Afghanistan et se préparent eux aussi à reprendre les vols réguliers dès que possible.

*Avec AFP