Le Qatar appelle les talibans à assurer «un passage sûr» pour quitter l’Afghanistan

0
383
Le chef de la diplomatie qatarie Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. (twitter)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le Qatar, interlocuteur privilégié des talibans, a appelé mercredi le mouvement islamiste afghan à dégager un «passage sûr» pour les personnes souhaitant quitter l’Afghanistan, deux jours après le départ des Américains du pays et l’arrêt des évacuations, rapporte l’Agence France-Presse ce matin.

«Nous avons insisté, auprès des talibans, sur la question de la liberté de mouvement pour qu’il y ait un passage sûr pour les gens voulant partir ou entrer s’ils le souhaitent», a déclaré le chef de la diplomatie qatarie Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

«Nous espérons que ces engagements seront respectés dans un avenir proche quand l’aéroport reprendra ses opérations, que cela se déroulera en douceur et qu’il n’y aura aucun obstacle pour qui que ce soit», a-t-il ajouté.  

Le Qatar avait joué le rôle de médiateur dans le processus de paix entre le gouvernement afghan et les talibans avant la prise le 15 août du pouvoir en Afghanistan par le mouvement islamiste. Doha a gardé depuis un lien privilégié avec le nouveau régime islamiste en place à Kaboul.  

Le riche émirat gazier est actuellement au cœur des attentions de la communauté internationale, pour sa capacité à communiquer avec les nouveaux maîtres de Kaboul.

«En tant que médiateur juste et neutre ces dernières années entre les talibans et les États-Unis, ou entre les talibans et les autres parties afghanes, nous avons bâti une confiance» avec tous les protagonistes, a fait valoir le ministre qatari. «Cet investissement a produit cette confiance. Nous avons tous besoin de l’utiliser […] pour le futur de l’Afghanistan».

Lors de la même conférence de presse, la ministre néerlandaise des Affaires étrangères a d’ailleurs annoncé le transfert de la mission diplomatique des Pays-Bas de Kaboul à Doha. « J’ai demandé à son Excellence de bien vouloir accepter la relocalisation à Doha de notre ambassade afin que les Pays-Bas restent efficaces » dans leur gestion de la crise afghane, a déclaré Sigrid Kaag.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont récemment fait le même choix, considérant en particulier que la sécurité de leurs personnels n’était plus garantie à Kaboul. «Nous regardons tous vers le Qatar», a constaté Mme Kaag, pronostiquant de nombreuses visites diplomatiques dans l’émirat dans un avenir proche. «Cela représente […] la meilleure reconnaissance qu’un gouvernement puisse obtenir sur son rôle».

Mme Kaag a aussi précisé avoir demandé à son homologue «d’user de son influence et du contexte pour aider réellement tous les protagonistes en Afghanistan, afin d’aboutir à un accord politique inclusif et d’assurer la stabilité et la future prospérité de tous les Afghans.»

Les talibans ont fêté mardi leur victoire en Afghanistan après le départ la nuit précédente des derniers soldats américains, qui a mis fin à 20 ans d’une guerre dévastatrice déclenchée par l’intervention d’une coalition internationale menée par les États-Unis pour chasser ces mêmes talibans du pouvoir, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain.

Un avion qatari avec une équipe technique arrive à Kaboul

Un avion qatari transportant une équipe technique s’est posé mercredi à Kaboul, moins de 48 heures après le départ des Américains de la capitale afghane, afin de discuter de «la reprise des opérations de l’aéroport», a indiqué une source proche du dossier, rapportait également ce matin l’Agence France-Presse.

Toujours selon l’agence de presse, «Même si aucun accord final n’a été obtenu sur la fourniture d’une assistance technique, une équipe du Qatar a entamé une discussion sur la base d’une requête de l’autre partie», a-t-elle précisé. Le Qatar entretient des relations étroites avec les talibans, nouveaux maîtres de Kaboul, et joue un rôle central dans les négociations entre le régime islamiste et la communauté internationale.

Il s’agit du premier appareil étranger à atterrir à Kaboul depuis le départ lundi des derniers soldats américains de la capitale afghane.

«Même si aucun accord final n’a été obtenu sur la fourniture d’une assistance technique, une équipe du Qatar a entamé une discussion sur la base d’une requête» du mouvement islamiste des talibans au pouvoir à Kaboul et d’autres protagonistes, a ajouté la même source sans les préciser.  

Le Boeing C-17A Globemaster s’est posé sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul. « Les discussions sont toujours en cours sur les questions de sécurité », a indiqué la même source.

«L’objectif est de reprendre les vols vers et en provenance de Kaboul, pour l’assistance humanitaire et pour assurer la liberté de mouvement de façon sûre et en sécurité, y compris la reprise des évacuations», selon cette source.  

*Avec AFP

Voir aussi:

Ça y est: l’armée américaine a quitté l’Afghanistan >>

Jour de triomphe pour les talibans, mais le plus difficile est à venir >>

Biden tente de tourner la page sur l’Afghanistan >>