Opérations en Arctique de la Garde côtière canadienne après la mi-saison 2021

0
494
Le NGCC Terry Fox en disponibilité pour répondre à des appels de déglaçage dans la baie Frobisher, près d’Iqaluit, au Nunavut. Photo : Brian Tattuinee. (Garde côtière canadienne)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

*Communiqué

La Garde côtière canadienne a dépassé son milieu de saison opérationnelle 2021 dans l’Arctique, qui s’étend chaque année de juin à novembre, et assure le déplacement sécuritaire et efficace des navires dans les eaux nordiques du Canada.

La présence de la Garde côtière dans l’Arctique canadien permet le réapprovisionnement estival des collectivités du Nord canadien, et fournit des services clés, y compris la recherche et le sauvetage, le soutien à la recherche scientifique, les services de communication et de trafic maritimes, les aides à la navigation et l’intervention environnementale en milieu marin.

Sept navires ont été déployés dans l’Arctique pour soutenir les collectivités du Nord, les engagements opérationnels et les engagements relatifs aux programmes cette saison. Le voyage inaugural dans l’Arctique du NGCC Jean Goodwill, qui a quitté Dartmouth (Nouvelle-Écosse) le 30 juin 2021, fait partie de ce déploiement. Le NGCC Jean Goodwill, qui a été livré à la Garde côtière en novembre 2020, est le deuxième des trois brise-glaces provisoires de taille moyenne acquis par la Garde côtière en 2018 pour se joindre à la flotte à la suite de travaux de conversion.

Les brise-glaces de la Garde côtière appuient les engagements opérationnels et de programme, notamment en assurant l’escorte sécuritaire des navires dans les eaux couvertes de glace, en effectuant des relevés hydrographiques, en entretenant les aides à la navigation, et en soutenant les programmes scientifiques dans l’Arctique en plus des activités de recherche et de sauvetage.

Le Centre des Services de communications et de trafic maritimes (SCTM) d’Iqaluit est ouvert depuis le 25 mai 2021. En date du 30 août, le Centre des SCTM d’Iqaluit avait offert du soutien à 57 navires et avait réalisé un total de 226 voyages dans la zone de services de trafic maritime du Nord canadien (NORDREG). Ces navires comprennent des navires de la Garde côtière canadienne, des cargos, des pétroliers et des vraquiers. Le Centre restera ouvert jusqu’au 20 décembre 2021, date à partir de laquelle les services offerts dans la zone du NORDREG seront fournis par le centre des SCTM des Escoumins (Québec), jusqu’à l’ouverture de la saison arctique 2022.

La station nordique d’embarcations de sauvetage côtier (ESC) de la Garde côtière canadienne située à Rankin Inlet, au Nunavut, a ouvert ses portes le 23 juin 2021 pour offrir des services de recherche et de sauvetage pendant la saison estivale. Jusqu’ici, les équipes de la station nordique d’ESC sont intervenues dans trois cas de recherche et sauvetage, et ont réalisé quatre exercices de formation.

En plus d’être équipés pour les activités de recherche et de sauvetage, tous les brise-glaces de la Garde côtière qui travaillent dans l’Arctique sont équipés et prêts à intervenir en cas d’urgence, tels que les incidents de pollution maritime. Des activités de préparation, comme la planification d’urgence, la formation du personnel et les exercices, de même que la liaison avec nos partenaires d’intervention, sont menées tout au long de l’année. L’établissement de relations étroites avec les partenaires communautaires est essentiel à la réussite des interventions environnementales, car la connaissance locale d’une région est inestimable.

Dans le cadre des travaux de soutien au Service hydrographique du Canada (SHC), cinq navires de la Garde côtière sont consacrés aux programmes de cartographie du fond marin. Grâce à des systèmes multifaisceaux à la fine pointe de la technologie, les hydrographes augmentent la superficie des fonds marins étudiés dans l’Arctique. Les données bathymétriques acquises permettront d’améliorer les cartes et les produits de navigation, ce qui se traduira par une navigation plus sécuritaire dans les eaux arctiques. En date du 30 août 2021, une superficie de 10 250 kilomètres avait fait l’objet d’un relevé par le SHC dans l’Arctique.

La Garde côtière canadienne fournit également des services saisonniers d’aides à la navigation dans l’Arctique canadien, et notamment sur le fleuve Mackenzie et le Grand lac des Esclaves, dans les Territoires du Nord-Ouest. Ces services sont essentiels pour le trafic maritime commercial sur le fleuve pendant les mois d’été. Le NGCC Dumit et le NGCC Eckaloo sont opérationnels de juin à octobre dans les Territoires du Nord-Ouest.

La Garde côtière canadienne continue à assurer un suivi rigoureux de la pandémie de COVID-19. Elle travaille notamment en étroite collaboration avec les organisations et gouvernements inuits, des Premières Nations, et des Métis, les gouvernements territoriaux et provinciaux, les collectivités de l’Arctique, l’industrie et d’autres partenaires, pour prendre des décisions qui respectent les directives des autorités de santé publique. Les niveaux de service de la Garde côtière ont été maintenus à un niveau opérationnel normal depuis le début de la pandémie. Des procédures opérationnelles normalisées à l’échelle nationale sont en place, comme des tests de dépistage pour tous les membres d’équipage travaillant à bord des brise-glaces à destination de l’Arctique, et l’adoption de mesures sanitaires accrues à bord de tous les navires.

La santé et la sécurité des équipages et des marins demeurent la priorité absolue de la Garde côtière.

En raison de la pandémie, les congés à terre des équipages de la Garde côtière, les visites dans les collectivités, les journées portes ouvertes, et les visites des navires de la Garde côtière ont été annulés cette année afin de limiter les contacts avec les communautés, à moins qu’ils ne soient essentiels, comme dans le cas d’une urgence médicale.

La saison de la Garde côtière canadienne en Arctique se poursuit jusqu’en novembre; toutefois, les plans opérationnels pourraient être modifiés en raison de l’état des glaces ou des conditions météorologiques, de changements aux horaires d’expédition apportés par l’industrie ou d’autres imprévus. Les conditions météorologiques peuvent changer rapidement, surtout dans l’Arctique.

Citations

«Les saisons opérationnelles dans l’Arctique exigent une planification intensive de la part de la Garde côtière canadienne, des gouvernements et organisations inuits, métis et des Premières Nations, des gouvernements territoriaux, de l’industrie et des partenaires du Nord. Grâce au déploiement des huit brise-glaces de la Garde côtière, les Canadiens et les habitants du Nord peuvent être assurés que les officiers et les équipages qualifiés de la Garde côtière sont bien équipés, et continuent de fournir des services essentiels, tout en se conformant à notre nouvelle réalité opérationnelle dans le cadre de la pandémie de COVID-19.»

Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

«Nos membres d’équipage dévoués et expérimentés travaillent avec ardeur pour fournir des services essentiels aux collectivités du Nord, comme la recherche et le sauvetage, et le déglaçage. Je suis fier du travail accompli pour assurer la sécurité des marins et la protection du milieu maritime.»

Mario Pelletier, commissaire, Garde côtière canadienne

«La région de l’Arctique de la Garde côtière est en pleine croissance, et nous continuons à la bâtir de concert avec nos partenaires de toutes les régions du Nord. Notre priorité est d’assurer la santé et la sécurité de nos équipages et des personnes et des collectivités que nous desservons dans le Nord, en mer et à terre. Les protocoles liés à la COVID-19 restent en place pour assurer la santé et la sécurité de nos employés et des habitants du Nord. Les programmes essentiels, comme la recherche et le sauvetage, l’intervention environnementale et le déglaçage à l’appui du réapprovisionnement des collectivités, sont prêts à servir et à protéger les eaux arctiques.»

Neil O’Rourke, sous-commissaire, Garde côtière canadienne, région de l’Arctique

Faits en bref

  • En date du 30 août 2021, les données suivantes ont été consignées pour nos opérations dans l’Arctique :
    • 28 escortes commerciales
    • 9 missions de reconnaissance des glaces à bord d’un hélicoptère
    • 4 urgences dans l’Arctique nécessitant le déploiement ou l’affectation de ressources de la Garde côtière dans le cadre d’une opération de recherche et de sauvetage