Lueur d’espoir selon l’ONU, les talibans devraient «bientôt» annoncer un «cadre» pour l’éducation des filles

0
348
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Alors que des millions de filles en âge d’aller à l’école secondaire soient en train de passer à côté de leur éducation, les talibans doivent «bientôt» annoncer un «cadre» permettant aux filles de retourner à l’école secondaire en Afghanistan, a affirmé un haut responsable de l’ONU, quatre semaines après que les garçons ont été autorisés à y suivre des cours, mais pas les filles, rapportent aujourd’hui les agences de presse.

«Le ministre de l’Éducation de facto nous a dit qu’ils travaillaient sur un cadre, qu’ils annonceront bientôt, qui permettra à toutes les filles d’aller dans les écoles secondaires, et nous nous attendons à ce que cela se produise très bientôt», a déclaré vendredi le directeur général adjoint de l’UNICEF, Omar Abdi, aux Nations unies à New York.

Depuis des semaines, les talibans disent qu’ils vont permettre aux filles de retourner à l’école dès que possible.  

Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l’école primaire, mais pas encore à l’école secondaire.

Les talibans disent que ce ne sera le cas que lorsque leur sécurité ainsi qu’une stricte séparation des sexes seront assurées, et qu’ils ont besoin de temps pour mettre cela en place.

D’ici là, la situation est catastrophique.

«Au moment où je vous parle aujourd’hui, des millions de filles en âge de fréquenter l’école secondaire sont privées d’éducation pour le 27e jour consécutif. Lors de mes réunions avec les autorités de facto, je leur ai fait comprendre la nécessité de laisser les filles reprendre leur apprentissage. critique pour les filles elles-mêmes – et pour le pays dans son ensemble», a déclaré le directeur général adjoint de l’UNICEF qui a fait état de statistiques sur les acquis en matière d’éducation des deux dernières décennies en Afghanistan: le nombre d’enfants scolarisés est passé d’un million en 2001 – des garçons pour la plupart – à près de 10 millions d’enfants, dont 4 millions de filles, à l’heure actuelle. Le nombre d’écoles a triplé, passant de 6 000 à 18 000.

Mais ces progrès doivent être renforcés et non annulés, a plaidé Omar Abdi, soulignant que même avant le retour des talibans au pouvoir 4,2 millions d’enfants ne sont pas scolarisés, dont 2,6 millions de filles.

L’ONU a donc exhorté les talibans à «ne pas attendre» davantage.

«Lors de toutes mes rencontres, l’éducation des filles a été le premier sujet que j’ai évoqué», a affirmé le responsable onusien, qui s’est rendu en Afghanistan la semaine précédente et s’est entretenu avec les autorités talibanes et qui dit avoir reçu des assurances sur l’engagement des talibans à laisser toutes les filles aller à l’école.

En ce qui concerne l’école secondaire, il a dit qu’elles n’y étaient autorisées «que dans cinq provinces», mais a ajouté que l’ONU poussait pour que ce droit soit étendu à tout le pays.

*Avec AFP

Voir aussi:

Summary of remarks by UNICEF Deputy Executive Director Omar Abdi on Afghanistan during the Daily Press Briefing by the Office of the Spokesperson for the Secretary-General 15 October 2021 >>