Missiles nord-coréens: pas d’unité du Conseil de sécurité de l’ONU pour une déclaration commune

0
207
Le Conseil de sécurité de l'ONU en 2018 (Archives/ONU)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni vendredi en urgence sur les derniers tests de missiles de la Corée du Nord, sans parvenir à s’entendre sur une déclaration commune comme le voulait la France, mais à laquelle se sont opposées la Russie et la Chine selon des diplomates, rapporte l’Agence France-Presse.

La réunion, d’un peu plus d’une heure et à huis clos, avait été demandée par les États-Unis – une initiative rare depuis 2017 –, la France et le Royaume-Uni. Son objectif était d’examiner le tir de missile en début de semaine par Pyongyang, présenté comme «hypersonique» par les Nord-Coréens. Depuis, la Corée du Nord a annoncé avoir testé jeudi avec succès un missile antiaérien «récemment développé».

«La France voulait une déclaration à la presse, mais la Russie et la Chine ont dit que ce n’était pas le moment, qu’il y avait besoin de temps pour analyser la situation», a confié sous couvert d’anonymat à l’agence de presse un diplomate d’un pays membre du Conseil.

Dans son projet de texte, Paris voulait affirmer «la préoccupation» du Conseil face aux activités nord-coréennes et «appeler à appliquer pleinement les sanctions», a précisé une source diplomatique.

La majorité du Conseil, incluant les États-Unis, a soutenu le projet de déclaration «mais la Russie et la Chine ont indiqué qu’il n’était pas pertinent à ce stade», selon la même source.

Lors de la discussion, la Chine a affirmé que le récent accord entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, conclu au détriment de la France, pour fournir des sous-marins à propulsion nucléaire à l’armée australienne était une «menace» pour la région, selon des diplomates.

Washington et Londres ont rétorqué que ce sujet n’avait «rien à voir» avec la Corée du Nord, a précisé un diplomate.

Aucun membre du Conseil n’a avancé l’idée d’imposer à Pyongyang de nouvelles sanctions, l’idée étant plutôt de soutenir une application pleine de celles qui existent. Les États-Unis, aux moyens de renseignement considérables, n’ont pas confirmé que le tir nord-coréen en début de semaine avait été «hypersonique» comme l’ont affirmé les Nord-Coréens, selon un diplomate.

Depuis 2017, année au cours de laquelle l’administration de Donald Trump avait fait adopter à l’unanimité au Conseil trois jeux de sanctions économiques lourdes contre la Corée du Nord, après des essais nucléaires et de missiles, le Conseil de sécurité n’a jamais retrouvé de position commune.

La Chine et la Russie ont demandé plusieurs fois, mais en vain une levée partielle des sanctions. La nouvelle administration de Joe Biden n’a toujours pas élaboré, huit mois après être entrée en fonctions, de stratégie claire à l’égard de la Corée du Nord.

«Ils nous disent qu’ils continuent d’étudier le dossier», indique un ambassadeur du Conseil sous couvert d’anonymat, en déplorant un attentisme américain similaire dans de nombreux autres dossiers sur la table du Conseil de sécurité (Proche-Orient, Sahara occidental…).

*Avec AFP