Nagorny-Karabakh: l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accusent mutuellement de discrimination raciale

0
1302
Siège de la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye (Crédit: ONU)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accusent mutuellement devant la Cour internationale de justice (CIJ) de discrimination raciale, l’Azerbaïdjan accusant en outre l’Arménie de continuer à poser des mines dans le cadre de sa campagne de « nettoyage ethnique », malgré la fin de la guerre, et l’Arménie accusant l’Azerbaïdjan d’être responsable d’« un cycle de violence et de haine […] contre les Arméniens de souche ».  

La CIJ tranche les différends entre les États, et peut ordonner des mesures d’urgence en attendant la résolution complète des affaires qui peut prendre de nombreuses années.

Les deux pays, qui ont déposé presque simultanément des recours auprès de la plus haute juridiction de l’ONU, qui siège à La Haye, s’accusent mutuellement de violer un traité international, la CIEDR (Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale), ont commencé aujourd’hui leurs plaidoiries.

Selon l’Azerbaïdjan, «l’Arménie s’est livrée, et continue de se livrer, à une série d’actes de discrimination contre les Azerbaïdjanais, sur le fondement de leur origine «nationale ou ethnique» au sens de la CIEDR (convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale)». L’Azerbaïdjan affirme que «l’Arménie poursuit, par des moyens aussi bien directs qu’indirects, sa politique de nettoyage ethnique», et qu’elle «incite à la haine et à la violence ethnique contre les Azerbaïdjanais par les propos haineux qu’elle tient et la propagande raciste qu’elle diffuse, y compris aux plus hauts niveaux de l’Etat». Se référant aux hostilités qui ont éclaté à l’automne 2020, il soutient que «l’Arménie s’en est prise une fois de plus aux Azerbaïdjanais en leur réservant un traitement brutal, motivé par la haine ethnique». Il accuse également l’Arménie d’avoir, par «ses politiques et ses actes de nettoyage ethnique, d’annihilation culturelle et de provocation à la haine contre les Azerbaïdjanais, … systématiquement porté atteinte aux droits et aux libertés des Azerbaïdjanais, ainsi qu’aux droits propres de l’Azerbaïdjan, en violation de la CIEDR».

L’Arménie à son tour affirme que «depuis des décennies, l’Azerbaïdjan soumet les Arméniens à la discrimination raciale» et que, «en conséquence de cette politique étatique de haine contre les Arméniens, ceux-ci sont victimes d’une discrimination généralisée, de massacres, de torture et d’autres exactions». Selon l’Arménie, ces violations sont commises à l’encontre de personnes d’origine ethnique ou nationale arménienne, quelle que soit leur véritable nationalité. L’Arménie avance que «ces pratiques ont une nouvelle fois été mises en évidence en septembre 2020, après l’agression de l’Azerbaïdjan contre la République d’Artsakh et l’Arménie» et que, «pendant ce conflit armé, l’Azerbaïdjan a commis de graves violations de la CIEDR». Le requérant allègue que «[m]ême après la fin des hostilités», à la suite d’un cessez-le-feu entré en vigueur le 10 novembre 2020, «l’Azerbaïdjan a continué d’assassiner, de torturer et de maltraiter les prisonniers de guerre, otages et autres détenus arméniens».

Le premier tour de plaidoiries de l’Azerbaïdjan et le premier tour de plaidoiries de l’Arménie ont eu lieu aujourd’hui, le second tour, dans les deux cas, aura lieu demain, mardi 19 octobre.- 2 – Mardi 19 octobre 2021 10 heures-11 heures : second tour de plaidoiries de l’Azerbaïdjan 17 heures-18 heures : second tour de plaidoiries de l’Arménie

Les deux ex-républiques soviétiques se disputaient à l’automne 2020 le contrôle de la région du Nagorny-Karabakh, dans un conflit qui a fait plus de 6500 morts.  

Le Nagorny-Karabakh est une région ethnique arménienne d’Azerbaïdjan qui s’est détachée du contrôle de Bakou au début des années 1990, après l’effondrement de l’Union soviétique. Le conflit de l’automne 2020 s’est soldé par la défaite de l’Arménie en novembre, contrainte de céder plusieurs régions formant un glacis autour de l’enclave séparatiste, mais les tensions restent fortes.

*Avec AFP